Ils Heurtent

Et si ton vin tourne rance
Quand le mien en souffrance survit
À la pâleur de nos ardeurs
Aux moeurs

Nos cris ont cette arrogance
Qu’ont les râles de démence enfouis
Quand délétères ils désespèrent l’accord
Ils heurtent

Quand de nos nuits je peste à croire
Que de nos ivresses et déboires
On ne garde que des traces de rien
Que des traces de trois fois presque rien

Si ma raison se plaît à croire
Plus au flacon qu’au vieux grimoire
On suit les rails sans prendre l’entrain
Des rails sans train
Nos voeux dès lors se heurtent
Ils heurtent

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s