Notre Ombre

Aux ignorants les bourses pleines, elle se donne comme elle aime…
Et ainsi va sa vie qu’elle coule à contenter les esprits
Des innocents aux sans-gênes qu’elle enchaine sans répit…
Des bords de l’asphalte elle se laisse trahir… une ombre
Elle se donne corps et mépris à l’homme…

Adolescence nos cœurs saignent de fleurs du mal en chrysanthèmes
C’est ainsi, ni l’oubli ni le pardon ne te poursuit jusque dans nos lits…
Coupable d’esprit de dentelle, ton diable au corps nous ensorcèle
Et pourtant on reste hélas le cœur meurtri,
Blessés, délaissés puis démunis…
Des bords de l’asphalte on se laisse trahir… notre ombre
On se donne, on se confie…
Dés lors… que des mots, que des paroles, que des blablas…

Sur les paroles des confidents aux dents saines
Elle s’endort comme on rêve…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s