La Morale

Quand la vertu s’élève au rang de nos damnés
Comprends-tu la trêve de ses insurgés

Ils sont doux, éphèbes, au sang de peur et de piété
Moi je prends la route et crève de m’être égaré

J’ai le moral moralisé et réduit
La morale m’a tétanisé l’esprit

Aux enfants du vice, aux voix de soumissions
Croire, c’est subir sévices et imprécations

Quand la peur du vide nous prend notre raison
Tu vois, on n’a pas l’air placides, ni hagards, ni moins cons

On a l’moral mort ou alité, mais on existe
La morale nous a permuté nos vies

Moralité on est alités, assistés, avinés, aliénés…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s